Abomicro propose des services de sauvegarde de données sécurisées pour entreprises sur Lyon et Paris

Sauvegarder ses données informatiques est une très bonne chose, encore faut-il le faire correctement...

 

En début d'été dans son article, Abomicro, votre prestataire de services informatique répondait à vos questions sur la nécessité de sauvegarder ses données dans un environnement professionnel.

Cependant, cet article n'était qu'un prélude à la sauvegarde de données informatique. Saviez-vous par exemple qu'il existe plusieurs types de sauvegarde? Qu'elles peuvent être complémentaire les une des autres ? Qu'il y a de nombreux critères à prendre en compte pour choisir la stratégie de sauvegarde (backup en anglais) la plus adaptée ?

Aujourd'hui pour vous, Abomicro va comparer ces différents type de backup qui peuvent faire partie de votre stratégie de sauvegarde.

 

Plusieurs types de backup

Il existe différents types de sauvegardes :

- La sauvegarde complète (ou fullbackup) : Il s'agit d'une duplication complète d'un disque ou d'un dossier précis. Cette méthode est la plus simple à effectuer. Cependant, elle est assez lourde : à chaque nouvelle sauvegarde, la quantité d'espace que l'on souhaite sauver s'ajoute à la quantité déjà stockée.

- La sauvegarde différentielle : Après la réalisation d'une première sauvegarde complète, on sauvegarde alors uniquement les différences entre cette toute première sauvegarde et l'état actuel des données. Cette méthode requiert moins d'espace qu'une sauvegarde complète. Il faut cependant restaurer la première sauvegarde puis la dernière : cette méthode rend donc la restauration plus longue

- La sauvegarde incrémentielle : Tout comme pour la sauvegarde différentielle, une sauvegarde totale est tout d'abord nécessaire. Par la suite, uniquement la différence entre la sauvegarde précédente et les données actuelles sont sauvegardées. Ainsi, pour revenir à une date d, il faut restaurer la toute première sauvegarde et toutes les sauvegardes suivantes dans l'ordre.

- La sauvegarde décrémentielle : A l'inverse de la sauvegarde incrémentielle, la sauvegarde décrémentielle consiste à garder la dernière version des données en entier. Les sauvegardes précédentes sont alors gardées comme différences de la sauvegarde suivante. Ainsi, pour aller à une date d on commence par restaurer la sauvegarde la plus récente et ensuite appliquer toutes les sauvegardes effectuées d'ici là.

- La sauvegarde par déduplication : Cette méthode vise les sauvegardes de systèmes entiers : lors de la sauvegarde, l'espace à sauvegarder est entièrement analysé et les fichiers existant en plusieurs fois ne sont sauvegardés qu'une seule fois afin de limiter la taille de la sauvegarde.

- La sauvegarde par point de restauration : Cette méthode vise la sauvegarde de système : il s'agit d'enregistrer les paramètres d'un système d'exploitation afin de pouvoir le recréer à l'identique lorsque désiré. Elle ne concerne que les fichiers systèmes. Elle est proposée par les systèmes d'exploitation lors de grosses mises à jours ou l'installation de logiciels qui pourraient endommager ces derniers.

- La sauvegarde par image : Cette sauvegarde est destinée à la sauvegarde d'une partition entière (partie de disque dur) sous forme d'"image". Cependant, la partition que l'on désire sauvegarder ne doit pas être utilisée. Il faut donc que le système soit déconnecté pour réaliser cette sauvegarde. On parle également d'image "ghost", jeu de mot venant de l'anglais "General Hardware Orientated System Transfer".

- La sauvegarde "Snapshot" : Sauvegarde réservée aux machines virtuelles, elle consiste en l'enregistrement de l'état d'une machine virtuelle à un instant T : les processus et la mémoire vive est enregistrée. On l'utilise généralement lors d'opérations critiques pouvant avoir un impact sur le fonctionnement du système.

 

Paramètres à prendre en compte dans le cadre d'une stratégie de sauvegarde

Pour connaître le type de backup ainsi que le type de support correspondant le mieux à vos besoins, plusieurs critères sont à prendre en compte notamment les RTO et RPO :

- Le RTO (Recovery Time Objective) peut se traduire par le temps pendant lequel les données peuvent rester indisponibles. Lorsqu'un incident survient, la remise à disposition des données n'est pas instantanée. Le RTO correspond donc au temps maximum possible avant que cette absence de donnée ne devienne dangereuse pour une activité.

- Le RPO (Recovery Point Objective) quant à lui est le moment le plus éloigné auquel il est possible de revenir au niveau des sauvegardes quand une restauration de données est effectuée suite à un incident. Dans cette situation, toutes les données qui ont été créées ou modifiées entre le moment où la sauvegarde a été faite et le moment de la panne sont perdues. Le RPO correspond donc au moment maximal auquel on peut remonter au niveau des sauvegardes sans que l'activité ne soit gênée.

Dans les cas les plus critiques, les RTO et RPO sont très minimes. Cependant plus ces temps sont petits, plus la solution de backup est onéreuse.

 

Abomicro vous accompagne

Définir une stratégie de sauvegarde des données informatiques qui s'inclus dans un plan de continuation et/ou de reprise d'activité n'est pas choses aisée. C'est pourquoi Abomicro met à votre disposition toute son expertise dans le domaine afin de vous proposer la stratégie de sauvegarde la plus adaptée à vos besoins.

Dans un prochain article, Abomicro reviendra sur les notions de plan de continuation d'activité et de reprise d'activité.

Twitter Timeline

Témoignages

 Témoignage Triangulaire, fourniture de matériel et services Abomicro assiste cette entreprise pour de l’hébergement et des solutions informatiques.    Abomicro nous accompagne dans différents domaines informatiques comme la téléphonie, l’acquisition de matériel et serveurs virtuels dédiés.
   La disponibilité de cette équipe et leurs compétences nous permet de nous consacrer pleinement à notre activité en totale confiance.
Janic Lejeune Janic Lejeune
(Directeur technique associé)
http://www.triangulaire.com/